Manja slova Veća slova RSS

>

LE SOIR: A la recherche de survivants

Published date: 25.01.2006 14:34 | Author: Kliping inostranih medija

Ispis Print


LE SOIR :
A la recherche de survivants
Le Soir en ligne
mardi 24 janvier 2006, 13:00

Les secouristes sont toujours à la recherche de survivants, éventuellement bloquées dans des amas de ferraille, aprćs le déraillement lundi d'un train bondé dans lequel 46 personnes, dont cinq enfants, ont été tuées et 198 blessées.
Le conducteur du train, lui-même blessé, a été arrêté et était interrogé sur ordre d'un juge d'instruction aprćs cet accident, l'un des plus graves dans ce petit pays des Balkans et qui selon l'agence Tanjug a fait 46 tués et 198 blessés. Des responsables de la compagnie des chemins de fer du Monténégro ont annoncé que le conducteur et le personnel du train "n'avaient pas respecté la procédure". La cause la plus probable de l'accident est que le conducteur et le personnel du train n'ont pas respecté la procédure, a dit à la presse Momcilo Rakocevic, responsable de la compagnie, sans donner d'autres détails.
Aprćs le déraillement plusieurs wagons ont dévalé sur 200 m un ravin prćs de la rivićre Moraca et certains étaient transformés en amas de ferraille. Des blessés au nombre de 198, dont 105 enfants, ont été admis dans des hôpitaux du Monténégro, a indiqué le directeur de l'hôpital de Podgorica, Miodrag Djurovic, à la presse. Cinquante personnes, sont dans un état trćs grave. Pendant la nuit nous avons effectué 18 opérations difficiles, a-t-il précisé. Le train, qui se rendait de Bijelo Polje, dans le nord du Monténégro, à Podgorica avec au moins 300 personnes a déraillé lundi vers 17h. Parmi elles de nombreux enfants rentraient chez eux aprćs des vacances à la neige dans le nord du pays. Le train a accéléré en sortant d'un tunnel juste au dessus de la rivićre Moraca et ensuite tout est devenu noir, a raconté un blessé.
Les télévisions du Monténégro ont diffusé des images de l'accident montrant des wagons éventrés et des secouristes s'affairant autour des blessés transportés de toute urgence sur des civićres. Un médecin portait dans ses bras un enfant apparemment inanimé. Immédiatement aprćs l'accident, le gouvernement serbe a ordonné aux hôpitaux de la Serbie de se préparer à recevoir des blessés et le principal centre serbe de transfusion a envoyé quelque 200 unités de sang. Le même élan de solidarité a été suivi par d'autres anciennes républiques yougoslaves -la Macédoine, la Bosnie et la Croatie- qui ont offert une aide médicale. Mais le docteur Djurovic a indiqué que ce n'était pas nécessaire pour le moment.
Le gouvernement monténégrin a déclaré trois jours de deuil alors que le ministre des

Transports Andrija Lompar et le directeur des chemins de fer Ranko Medenica ont démissionné. Ma démission est un geste personnel. Même si je ne suis pas responsable de l'accident, je ne pourrais pas continuer d'exercer ma fonction avec cette blessure, a-t-il dit aprćs une session d'urgence du gouvernement. Le ministre de l'Intérieur Jusuf Kalamperovic avait indiqué que, selon les résultats préliminaires de l'enquête, une défaillance du systćme de freinage avait vraisemblablement provoqué le déraillement. Un accident semblable s'était déjà produit en début de 2004 prćs des lieux de la tragédie, mais à l'époque seul le conducteur avait péri. C'est une tragédie considérable, a dit le Premier ministre monténégrin Milo Djukanovic lors d'une visite aux blessés dans le principal hôpital de Podgorica. C'est un des bilans les plus tragiques au Monténégro.

Malheureusement, un grand nombre (de victimes) n'a pas pu recevoir d'aide parce que l'accident s'est produit dans un terrain difficile d'accćs, a-t-il dit.
(D'aprćs AFP)